Une rose seule, c'est toutes les roses


Une rose seule, c'est toutes les roses
et celle-ci : l'irremplaçable,
le parfait, le souple vocable
encadré par le texte des choses.

Comment jamais dire sans elle
ce que furent nos espérances,
et les tendres intermittences
dans la partance continuelle.

Rainer Maria RILKE (1875-1926)
(Recueil : Les roses)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×