Sur la dernière Rose du Jardin

Décembre tend au loin son opaque grisaille
 Le soleil plus court cache ses derniers rayons...
 Le jour à peine a lui quand il faut qu’il s’en aille,
 Il grelotte, il a peur sous ses tristes haillons !

 Les arbres sont transis et leurs branches frissonnent.
 Sur la terre la neige, en tournoyant en rond
 Frestonne des ourlets et des pleurs s’abandonnent,
 Piquant des points de glace aux marches du perron !

 Une rose, au berceau, cependant tremble encore :
 Comme une belle vieille ajustant ses atours
 Elle voudrait sourire en essayant d’éclore...
 A ses charmes hélas ! Les amants restent sourds !

 La saison n’est plus là, faiseuse d’ambiance,
 Il manque quelque chose, un parfum emporté,
 Et le temps inclément, trop plein de méfiance,
 Cherche sous le ciel bas le secret de l’été !..

Et la dernière rose, étreinte par la bise ,                                                                                                                                                                      Ne pouvant même plus entièrement ouvrir                                                                                                                                                                 Son calice blessé, s’emplissant d’ombre grise,                                                                                                                                                               A son sort résignée, achève de mourir !..


Ernest Souchoy

 

 
(Elégie mélancolique)
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×