Le Murmure des feuilles

Le vent fait chuchoter, comme autant de bavards,
 Les feuilles, d’un beau vert, de l’étroit peuplier ;
 Viens, nous écouterons leur verbe familier
 Et le gai clapotis de leurs voix campagnardes.

 Elles penchent déjà vers des teintes blafardes ;
 Novembre va jaunir leur limbe, et le sentier
 S’en jonchera ; nos pas les feront gazouiller,
 Sur un air plus vibrant, des notes plus criardes.

 De nos Rosiers aussi les rameaux apeurés
 Au choc des premiers froids, esquifs désemparés,
 Laisseront se flétrir leur dernière parure.

 Et ce sera partout le vide, un vide affreux ;
 Adieu feuilles et fleurs, plus rien dans la nature
 Que l’aquilon plaintif au souffle douloureux.


A. Lebrun

 

 

Journal des roses

novembre 1909

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site