La rose de l'amour

 Vous tenez dans la main la Rose de l’Amour.
 Vous regardez la fleur et le ciel tour à tour
 Et souriez sans que frémisse votre bouche
 Au parfum que répand la brise qui vous touche,
 Vous souriez, trop jeune enfant ; dans vos beaux yeux
 L’azur qui se reflète est plus léger qu’aux cieux.
 La nymphe du printemps moins que vous est volage.
 La saison vient de naître et vous avez son âge.
 pour vous toujours la veille est soeur du lendemain.
 Et pourtant c’est l’Amour qui mit dans votre main
 Cette rose d’argent qui s’ouvre sur sa tige :
 Vous ignorez encore sa force et son prestige ;
 Ne la respirez pas : aujourd’hui sa couleur
 Du sein que vous cachez à la tiède pâleur,
 Mais craignez que le Temps n’assombrisse ses charmes.
 Le Temps est un archer aux invicibles armes.
 Il peut, car son desir est habile et puissant,
 De la rose de lait fait une fleur de sang.
 Vous haïrez par lui le présent que vous donne
 L’Amour dont la lacet déjà environne.
 Redoutez les détours du chemin qui conduit
 Des lilas de l’aurore aux cyprés de la nuit.
 Mais vous courez sans écouter ma voix morose,
 Enfant qui souriez de tenir une rose.


Jean - Louis Vaudoyer

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×