L'églantier

Eglantier, rosier de l’Eden,
 Les habitants des capitales
 Te greffent de leurs mains brutales
 Pour faire honneur à leurs jardins

 Pour le raffiné citadin,
 Ta rose ouverte et ses pétales,
 Dans leurs simplicités natales,
 Ne méritent que le dédain.

 Aussi, pourquoi, fleur sans malice,
 En ouvrant tout garnd ton calice
 Nous montrer le fond de ton coeur ?

 Reste bouton, naïve rose,
 Il vaut mieux, qu’on soit femme ou fleur,
 Laisser deviner quelque chose.

 
G. Le Vavasseur

 

 
Journal des Roses décembre 1899

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site