Douloureux sommeil

L’été sort de du tombeau que l’Hiver a rempli.
 Jos. Parker

Dans les bois attristésplus de chant ni d’ombrages,
 Plus d’abris transparents dans les buissons déserts,
 plus de fleurs aux sentiers des bosquets jadis verts ;
 C’est la la brume hivernale et ses cinglants outrages.

 de son livre éternel, le temps tourne les pages ;
 Une centaine encor flagelleront les airs,
 Puis naîtra le Printemps aux charmes si divers,
 Egrenant sur ses pas d"harmonieux mirages.

 Avril raménera les jours ensoleillés,
 Les rameaux verdissants, pleins d’espoirs réveillés,
 précurseurs des beaux soirs et du cri des cigales.

 Et ns Rosiers frileux, sous le sol engourdis,
 Etaleront aussi des splendeurs sans égales,
 Dont l’aube aspirera les parfums attièdis.

 
A. Lebrun

 

 
Poésie de A. lebrun de la Société régionale d’Horticulture du Nord parue dans le Journal des Roses de février 1900.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site