Deux roses dans le vent

L’une des roses, c’est sœur Anne,
 Désespérant des cavaliers.
 L’autre est la Dame diaphane,
 Pâmée, au pôint de s’effeuiller.

 Pli sur la toile : Tramontane
 Dont moutonne l’or du hallier.
 Est-il vrai, jamais ne se fane le vert feuillage du rosier ?

 La voix dans le vent étouffé,
 L’une se hausse avec effort,
 L’autre est mauve de mal en mort.

 Au cristal, deux tiges pressées.
 Si l’aiguière résiste encor,
 C’est qu’on est au pays des fées.


André Piot

 
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site