Chaîne mystérieuse

 Ce rayon qui descend de l’étoile vers l’homme,
 Qui tombe de si haut pour s’arrêter si bas,
 O sublimes penseurs , dites nous s’il n’est pas
 Le fil d’or unissant les soleils à l’atome.

 Mais qu’importe comment votre science nomme
 L’ éternel mouvement ; qu’importe quel compas
 Trace à l’astre une orbite et mesure ses pas,
 Quand un rêve flottant nous fait heureux, en somme.

 La pensée en son vol, intérieur regard,
 Cette exquise douceur qui vous berce au hasard,
 Naît, se pose et grandit dans le calme de l’âme.

 Et quand éclôt en nous un peu de ce bonheur,
 Dans nos sens apaisés brille la même flamme
 Qui fait aimer la Rose et sa noble candeur.

A. Lebrun

 

 

Journal des roses

décembre 1910

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site