Avril

—Foliis sese induit arbor
 (l’arbre se revêt de feuillage) Pentadius

 Des jours noirs, courts et froids, nous pouvons bien médire
 Pour leur méfaits sans nombre, et garder notre amour
 Aux baisers du soleil où s’attiédit le jour.
 Tristes heures d’hiver, laissez-nous vous maudire.

 Mais voici le Printemps ; le radieux sourire
 Qu’il donne à la nature inspire tout à tour
 le rêveur solitaire et le vieux troubadour ;
 L’un renaît à l’espoir, l’autre accorde sa lyre.

 Et quand de l’astre roi les splendides réveils
 Feront l’aube chantante et les matins vermeils,
 La Rose à ce concert joindra sa note exquise.

 O chers joyaux du sol, Roses qu’on aime tant,
 Exhalez vos parfums délicats que la brise
 Bercera dans l’éther, comme un rêve flottant.

 A. Lebrun

 

 

journal des roses

avril 1910

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site