Aiguillons de roses

Collège, virgo, rosas, dum flos novus, et nova pubes ;

AUSONE, Idylle XIV.

(Jeune fille, cueille la Rose sa fleur nouvelle, en sa nouvelle puberté)

 Une charmante enfante, et bonne autant que belle,
 Dans un coquet jardin contemplait chaque fleur
 Où perlait de l’aurore un pur et dernier pleur.
 De capiteux parfums s’élevaient autour d’elle.

 Et son rire fusait, vif comme une étincelle,
 Dans l’air joyeux et doux. Sous a fraîche pâleur
 Le désir fit passer un reflet de couleur :
 « père, je voudrais bien cette Roses nouvelle ».

— C’est « Baronne Prévost » ; je vais vous la cueillir.-
 Deux doigts blancs et mignons s’avancent pour saisir
 Le rameau convoité.- Fi ! Méchante Baronne !-

 La piqûre était vive ; aussi gisent entre eux,
 A terre, tige et fleur que l’enfant abandonne,
 Déjà trompée, hélas ! par des airs doucereux

 
 A. Lebrun

 

 

Journal des roses

Juin 1911

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site