Sommeil des Roses

 L’astre des jours a fui derrière la colline ;
 Le firmament, déjà vaguement estompé,
 S’irise en dôme immense, et l’horizon jaspé
 Prend les tons mordorés d’un beau jour qui décline.

 Le sommeil va gagner la Rose qui s’incline ;
 Son coeur, qui s’entr’ouvait au soleil, s’est drapé
 Dans un pli sinueux et mollement crispé
 Par la la timidité de sa grâce câline

 Dors, ô fille des dieux ; les brises de la nuit
 Berceront ton repos ; radieux et sans bruit,
 D’humides diamants vont parsemer ta robe.

 Et, dés l’éveil du jour, roitelets et pinsons,
 De leur voix qui s’égaie au sourire de l’aube,
 Rediront prés de toi leurs plus belles chansons.


A. Lebrun

 

 

Journal des roses

Aout 1909

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site