Roses rouges

Rose rouges épanouies,
 Fléchissant au bord des cristaux
 Qui vous sont de jolis tombeaux,
 J’aime vos beautés alanguies,

 Votre soupir, ce lent accord
 de vos existances brisées.
 Vos airs d’amantes épuisées
 Dont se répand la molle mort,

 Et votre grâce encor qui pâme
 Avec des parfums accablés,
 O fleurs lourdes qui me semblez
 Mon rêve fait de chair et d’âme


De Madame Catulle Mendés

 

 

Journal des Roses

janvier 1909

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×